Joji Yuasa

yuasa

Nous avons rencontré Joji Yuasa à l’un de nos concerts à Tokyo en décembre 2009. Dans une salle hors circuit, il était venu nous écouter. C’était l’année de ses 80 ans. La scène contemporaine Japonaise fêtait cette année là un des piliers de son histoire, au grand plaisir de son public qui redécouvrait ainsi certains de ses travaux oubliés. Ce soir de décembre, il restait assis là, à nous écouter avec ses oreilles riches, humbles, ouvertes et généreuses.

Sa musique, d’une grande sensibilité à la couleur sonore, allie visions poétiques et recherche logique de formes et structures.

Son approche philosophique de la musique est emplie d’une générosité que seule une personne de cette richesse d’humanité peut apporter. Elle nous a donné envie de le célébrer à notre tour, le plus généreusement possible.

A ses côtés dans ce programme, figurent des compositions d’une de ses contemporaines et d’une de ses élèves : Doina Rotaru et Chikage Imai.

Entre Hanatsu miroir et Joji Yuasa il n’y a qu’un pas. Le compositeur a été l’un des instigateurs du Jikken Kôbô, un collectif né dans les années 60, qui réunissait peintres, compositeurs et autres artistes autours de projets pluridisciplinaires. Dans sa volonté d’ouvrir la recherche musicale à d’autres médiums il a également travaillé avec le théâtre No.

L’intention scénographique et lumineuse de Marie Anne Bacquet et Fabien Kuhn est cette fois ci d’utiliser le lieu, son architecture, ses couleurs et ses lumières, pour installer confortablement cette musique surprenante et inspirée de la cosmologie et des phénomènes naturels. Quelques éléments récurrents, qui sont devenus la signature des concerts d’Hanatsu miroir, ponctueront l’espace de leur présence lumineuse.

 


 

Joji Yuasa / « Maibataraki »

pour flûtes et percussions

 

Joji Yuasa / « Clarinet solitude »

 

Doina Rotaru / « Crystals II »

pour flûte, piano et percussions

 

Joji Yuasa / « On the keyboard »

 

Chikage Imai / « Tink »

pour flûtes et clarinette

 

Joji Yuasa / « Inter-posi-play-tion »

pour flûte, piano et 2 percussionnistes

 


 

Ayako Okubo : Flûtes

Thomas Monod : Clarinettes

Reto Staub : Piano

Olivier Maurel, Gregory Massat : Percussions

Marie Anne Bacquet : Scénographie

Fabien Kuhn : Lumières